Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 16:02

Michel LemmonierIl y a un homme qui tient une place particulière dans ma vie. Je sais ce que vous allez dire, elle va encore nous parler de son mari, de la tonte du gazon et du combat de titans à celui qui ne fera pas la vaisselle. Et ben non, je ne suis pas allée sur Meetic non plus, ni sur E-Darling pour rencontrer cet homme exceptionnel.  Juste sur Facebook ce qui prouve que ce réseau social présente bien des avantages. Je me demande d'ailleurs si malgré les apparences, surtout sa puissante musculature, il est vraiment humain, le nouvel homme de ma vie. Il vit entre Montréal et Paris, déjà, bon, ça fait monter le doute mais son empathie et son humour laissent peu de questions en suspens. Oui, je l'atteste, OrthothérapieConcept Posturologie Michel Lemonnier qui soigne des sportifs de haut niveau, est même un peu plus humain que ses congénères : il supprime la douleur de nos dos courbés par le labeur, heures passées devant les ordis, sport à outrance, mauvaise posture, nos manies de courber l'échine. Tout cela avec des soins dont Tony Parker ou Rafael Nadal sont jaloux parce que pas mieux et Michel veut donner ce genre de soulagement aux citoyens lambdas après une longue expérience au Samu. Je ne connais pas Michel depuis longtemps, décembre sans doute mais je ne peux plus me passer de lui. J'avais tant de vertèbres coincées que je ne vivais plus sans crier sans cesse :"Oh putain, mon dos, mon pauvre dos !" et je ne suis pas du genre à me plaindre rapport à mon éducation judéo chrétienne qui m' inculqué que je dois payer pour la mort de Jésus sur la croix. Parlons-en de celui-là, s'il avait connu Michel, je pense qu'il aurait ressuscité en bien moins de 3 jours car il faut une heure à Michel et à sa méthode pour supprimer les douleurs dorsales dues aux mauvaises postures quotidiennes. Voilà, je ne saurais trop vous le recommander, il a remis ma fille, monitrice d'équitation d'aplomb et sans un craquement ni un geste violent. Après une séance, elle avait des ailes dans le dos et des étoiles dans les yeux.Un vrai petit ange, ce qu'elle n'a pas toujours été, comme mère de la créature, je peux l'affirmer. Où consulter OrthothérapieConcept Posturologie Michel Lemonnier quand il vient en France ? A la clinique des Princes à Boulogne-Billancourt tout près de la Porte de Saint-Cloud, on se gare facilement. L'homme bosse les week-ends, jours fériés et aux horaires les plus arrangeants pour ceux qui bossent : tôt le matin et tard le soir. Il en coûte deux billets de 35 €. Son partenaire, l'adorable Pierre Foubert, un homme qui donne aussi pour le SAMU, prend les rendez-vous en son absence. 01.46.99.22.15(centre des Princes) OU 06.62.36.78.65 7jrs/7 de 8h à 23h. Parfois, ils dorment mais ils répondent toujours. Heuh ? Humains ou pas finalement ? Il faudra que je pose la question à David Vincent.

Repost 0
Published by oliviavanhoegarden.over-blog.com - dans Perso - moi je.
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 22:54

seins

 

Bon, je l'avoue, je passe pas mal de temps sur Facebook, c'est sympa, rigolo, ça fait découvrir des gens, se rencontrer des personnes qu'on imaginait jamais connaître ou revoir. Mais il y a truc qui commence à me gonfler sévère, c'est les rubans roses qu'il faut liker et faire tourner, genre je me préoccupe vachement de mon prochain ou de ma prochaine et arrière le cancer, on tente de conjurer le sort, tiens prends toi ce ruban et si tu le fais pas tourner, t'es méchante. Et puis, les messages qui parviennent régulièrement dans le "tchat" privée des dames sur Facebook, et qu'on doit faire suivre aux copines : « Oh ouiiii, les fiiilles, c'est entre nous, les mecs, faut pas leur dire et puis qu'est-ce qu'ils y comprennent ces bourrins ?" Bon ok, je fais tourner et puis quoi ? J'éradique le cancer ? Ben non, il ne suffit pas de rappeler que le cancer, ce fléau, nous pend tous au nez, il faut aussi attirer l'attention sur la prévention et le dépistage. Ce soir encore, la semaine dernière aussi, sont arrivés dans ma messagerie FB des messages du type combien j'ai de piercings : "Tu mets le nombre de tes piercings et tu rajoutes et j'en suis fière" ou alors, déjà vu l'année dernière et revu cette année : "Tu mets ta date de naissance et si tu es née en février tu rajoutes Los Angeles" ce qui donne "Je pars pour L.A dans dix jours". Il n'y a que les femmes qui soient au courant de ce petit secret. Comme ça, les mecs, ils se demandent de quoi il s'agit. Mais personne n'explique jamais. Donc ça ne sert à rien sauf à faire parler les bavards comme disait mon père. Ainsi, il y a 3 ou 4 ans, je ne sais pas, le temps avec Facebook passe singulièrement plus vite, une "chaîne" proposait que chaque femme mette en statut FB la couleur de son soutien-gorge et on l'a fait et les mecs se sont tous demandés ce que c'était ce jeu dont ils étaient exclus. On en a même parlé à la télé. Wouahhh, Bertrand Delahououououousseeuh, il cause de la couleur de mes dessous. Et il révèle la grande vérité vraie : c'est pour attirer l'attention sur le cancer (du sein ou d'ailleurs). "Viens voir, chéri, avec mes copines, on passe à la télé qu'est-ce qu'il est beau le blondinet". Et retour sur les printemps arabes. Et puis quoi ? Rien? Pas un avis pas une mise en garde. Or, de quoi s'agit-il ? De prendre des mesures pour repousser les ravages du cancer et d'autres maladies et inciter les femmes (et les hommes) à se faire dépister. Et parler du cancer du sein et des autres ne sert à rien tant qu'on ne donne pas des conseils de prévention (hygiène de vie) et de dépistage pour toutes les maladies qui frappent les femmes (seins, col de l'utérus, ostéoporose) auxquelles il faudrait répondre : mammographie tous les deux ans surtout si on a des antécédents familiaux, frottis tous les ans et ostéodensitométrie à intervalles réguliers en accord avec le médecin traitant. Il ne faut pas non plus oublier de consulter régulièrement le généraliste qui coordonnera les examens à faire en fonction de l'âge de chacun. Et puis, les fibroscopies (par en haut) et les coloscopies (par en bas)...Sans parler de la moindre des choses : les prélèvements sanguins une fois par an. Facile à dire, pour la donneuse de leçon ? Faut qu'on ya qu'à ? Et quand bien même, si on faisait ça pour commencer ? Alors on pourrait parler de la couleur de nos soutifs.

Repost 0
Published by oliviavanhoegarden.over-blog.com - dans Perso - moi je.
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 19:20

rue-de-l-amour.jpg

 

En ce dimanche, si proche du printemps, j'ai soulevé la couette, tâté la température extérieure et reçu un coup de fil de ma meilleure amie. Sylvie Lamour.

- T'es chez toi ? 

En général, je réponds non, je suis dans un bordel à Amsterdam.

- Tu fais quoi ?

- J'ai de la lecture qui ne peut pas attendre, un DVD sur le gaz, et puis, il y a Facebook, si je n'y vais pas au moins cent fois par jour, j'ai de l'exczéma et je ne te parle même pas de Mathieu Madénian qui passe dans Vivement Dimanche Prochain vers 19h, de la recette de Jean- Pierre Coffe et puis à 20h30 il y a le kiff du dimanche soir, l'Inspecteur Barnaby que mon époux et moi regardons barnaby dessus, barnaby dessous et si je ne lui fait pas sa tranche de jambon et sa feuille de salade, son yaourt, (oui, il est mince, lui) je suis bonne pour une scène.

- Tu veux faire quelque chose ?

Elle insiste là, à mon avis, son jules est aussi devant le rugby dont je vous rappelle le score ridicule 24 à 22 (ou 20) contre mes amis français.

- Si je veux faire quelque chose, moi ? (relou à mort)

- Chais pas, une balade ?

pommier--2-.jpg(J'ai des arbres dans mon jardin, je vis à la lisière du bois de St Cucufa et je suis rebelle aux promenades en forêt, j'ai donné 18 ans de ma vie à parcourir, à pied, à cheval, à bicyclette, en 4 L et en Piaggio, la forêt de Soignes de mon enfance, la plus grande forêt de hêtres d'Europe, voulue par Léopold II, un de mes rois belges.) Moi ce que je veux c'est lècher le bitume, admirer les maisons que je ne pourrai jamais m'acheter ou rêver devant les vitrines de la Place des Victoires (où, bien sûr, il n'y a jamais ma taille). Mais shopping à Paris, un dimanche, ça va pas être possible.

Rouault-chevet.jpg

Mais pour une fois, j'ai dit oui, renonçant à regarder mon époux - qui vient de se taper sa 60e journée de la femme - abîmé dans ses mots croisés puis dans France/Angleterre de rugby - et ne sortira de son mutique univers qu'à 20h15 pour dire : « Venez les chiens, 'titour pissou fermer 'tail ». On ferme les volets et on est dans les temps, largement, pour retaper le plumard, se déshabiller, se pieuter et mater les « Midsummer Crimes » du divin limier anglais.

Oui mais non, je suis une femme libre, je peux dire zut au feu dans la cheminée qui me tend ses flammes, aux chiens couchés à mes pieds, zut au roman que je lis, zut au symbole de l'illusoire tranquillité dominicale généralement couronnée par le fameux chocolat chaud que je ne me prépare jamais. Non mais vous avez vu ma cellulite ?

rouuault burault

Et puis déclic : sur mon bureau ma tirelire, dans ma mémoire vive, l'expo de la Shag, The famous Seriously Hazardous Art Gallery. Pierre-Arnaud et Guillaume qui s'ennuient à la Blanchisserie, qui fument et regardent le match sur leur ordi. Et m'ont réservé une vraie peinture sur une toile signée Rouault.

Oui, sans aller à Paris, on peut aller à Boulogne, ça touche, pas vrai ?

Blanchisserie.PNG

- Et si on allait voir l'expo de la Shag ?

- Génial, passe me prendre à Nanterre! (C'est le pôle Nord pour moi)

Et nous voilà parties dans la 205 de ma cop's, on se gare devant Dalloyau, rue JB Clément, en écrasant une Smart.


Pierre-Arnaud, quelle belle gueule, fume derrière la verrière et Guillaume, qu'il est beau et bronzé, boit une Heineken fraîchement tirée (sa vie privée ne me regarde pas, hein, enfin presque pas).

    DSC7261

 

On fait connaissance, piapiablablabizbiz, Sylvie, Pierre-Arnaud Gillet, Pierre-Arnaud, Sylvie Lamour. « Je connais votre papa » s'exclame Sylvie, et vlan! aussitôt il lui donne son 06 et lui fait les honneurs de l'expo dont le thème est le Corps. Il y a du Sandrine Boulet, du Paupers et tout ce monde-là, il ne manque que Cindy Sherman à mon avis, mais elle a peut être eu un empêchement.

 

Je glisse aux maîtres des lieux, mon enveloppe bourrée à craquer de monnaie papier en échange de quoi je vais recevoir mon Rouault. Mais qui c'est ce Rouault ? me demanderez vous parce que cette intro commence à être sacrément longue. Bah, je n'en sais pas plus que vous. Il a peint un truc sur le canal de l'Ourcq, et moi les canaux ça me parle vachement, comme Belge, surtout que je suis toujours en deuil de celui « qui s'est pendu » au Plat pays « parce que le ciel était trop bas ». D'ailleurs, j'ai plein de canaux chez moi, sauf Canal+.

Rouault-canl-gauche.jpgRouault-et-le-canal-flamand-droit--2-.jpg

On peut presque parler de collection, ce dont je ne me suis aperçue que ce matin en cherchant diverses places pour le p'tit Rouault. Car oui, il est petit, j'ai choisi un 11 pouces comme ma calculette.

Partout où j'installais le Rouault, bing un canal ! Il a la taille d'une tablette digitale (Ipad), je suis donc la première femme moderne qui peut glisser un Rouault dans son réticule Vuitton.roualt-calculette.jpg

Il est féminin ce Rouault, il ne prend pas de place, sait se faire discret, une sorte de trousse ornée d'un canal : on peut se refaire une beauté avec, (enfin si je pouvais), se poudrer le nez, rectifier l'ourlé de la bouche rose Gemey, se khôler l'oeil, se l'oréaler les cils, se bourjoiser les pommettes, et puis, on peut se mirer dans l'eau de l'Ourcq.Ou d'ailleurs...

Pierre-Arnaud me l'a emballé sous bulles. Je le prends, je l'admire éperdue de joie. Gentiment Pierre-Arnaud le retourne pour que je puisse le voir aussi à l'endroit, je saute comme une gamine. Guillaume, gcanal-Touvet.jpgamin, (ok je sors) me glisse dans la main mon Ruinart habituel. Et voilà une journée réussie. Je fais le tour de l'expo, Guillaume me fait admirer des sculptures magnifiques de pieds cambrés de métal doré, un cœur de métal doré, et plein d'autres bidules en métal doré. J'admire des dessins entièrement réalisés au bic noir, sur l'un d'eux, on dirait moi et mon corps sous la douche. Je me répands en exclamations extatiques devant celui qui a une gueule de Tom et tient dans ses bras celui qui a une gueule de Jerry. Guillaume y appose une gommette rouge, ça veut dire, réservé pour Olivia qui le laisse à admirer à la Blanchisserie et passera le payer plus tard. Je viens, en une seule coupe, de m'offrir une œuvre d'art que je léguerai à ma petite fille Louna. Je surveille le Ruinart de l'oeil, la bouteille est presque vide, il faut que je parte sinon, je vais la rincer aussi sec.

Je glisse mon Rouault dans mon sac noir porté main, j'arrache ma Sylvie à sa contemplation du dossier d'Akinao que j'ai fais ressortir pour lui montrer que ça me fait penser aux œuvres de son Gégé. Elle me réplique qu'elle comprend parfaitement pourquoi j'ai pensé ça mais précise que ça n'a rien à voir. So much pour mon coup d'oeil infaillible.

 

On retourne à la 205, une nouvelle Smart est venue s'écrabouiller dessous. Je suggère un thé chez Dalloyau. On nous accueille, enfin on nous aboie qu'ils n'ont plus qu'une table et une seule chaise. On attend un peu, on se dit : ils vont apporter une 2e chaise, au bout de 5 minutes, il apparaît qu'ils n'ont pas ça en magasin. On se casse pour aller en face, le Habana Café. Ah, désolés, le dimanche, ils ne font que tabac. On reprend la route et on va se crasher aux Fontaines, porte de Saint-Cloud, une table, ici, il y en a plein la terrasse, qui est déjà blindée. Sylvie qui fait du 36 fillette, demande un thé avec une goutte de lait, moi un thé avec un moëlleux au chocolat crème anglaise. Sylvie tape dans l'oeil du loufiat qui nous en serre une bien moite. Devant nous, la caillera du 16e qui fume, bonnet sur les sourcils, clopes fumantes, écouteurs autour du cou, ce qui prouve qu'ils ont la capacité, quand les circonstances l'exigent, de parler et de s'entendre. L'un d'eux me demande s'il peut prendre la chaise inoccupée où j'ai posé mon fourre-Rouault. Je dis non, je vais la porter chez Dalloyau, ils sont à court de mobilier. J'rigoole, je dis mais oui bien sûr, mais vous ne me tapez pas avec. Masqué l'ado, me rassure tout de suite puis comprend que je suis une grosse farceuse. Un p'tit gars bien poli, ça me branche, pour fêter ça, je commande une 2e moëlleux.

moelleux.PNG

 

Et puis, c'est la fin de ce merveilleux dimanche, il faut regagner ses pénates. Je range ma ceinture de bananes, banane.PNGenfile ma tenue de femme au foyer (oui mais moi j'ai même pas besoin de me lever demain pour aller bosser, gnagnagnaeuh), On plie le jambon, la feuille de salade, le yaourt, le pissou, les volets, le plumard, je me glisse sous les draps encore habillée et maquillée. Saint Barnaby peut commencer.

Fix-120312.jpgSur son édredon. Le chien remue la queue, lui. Je m'endors derechef. Quand je me réveille, mon mari me dit, le coupable, c'est le pianiste. Ah, bon,c'est pas Kayser Sauzé ? Il ne sait pas, le pauvre, qui est Kayser Sauzé, Ni Gabriel Byrne. Alors, Rouault, tu penses...

 

Copyright : Olivia van Hoegarden.

 

SHAG : 25 rue d'Aguesseau, 92130 Boulogne Billancourt de 12h à 19h

Repost 0
Published by oliviavanhoegarden.over-blog.com - dans Perso - moi je.
commenter cet article