Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 15:59

les-rois-des-belges009.jpgAvec « La spectaculaire histoire des rois des Belges », l’écrivain Patrick Roegiers nous livre ses « Rois maudits » à la sauce plat pays. L’auteur, romancier et non historien, comme il aime à la préciser, trempe sa plume dans une encre sarcastique. Il lâche avec colère des mots acides, issus de son irrésistible idiome francophone, insérés au coeur d’une langue impeccable. Egratigne au passage Flamands, Wallons, rois, reines et politiques. Il cancane, ricane, ne respecte rien ni personne, pas même le bien-aimé roi Baudoin dont il salue pourtant le savoir-faire évident. Il moque sa pseudo-abdication de quelques heures qui lui évitera de ratifier la loi autorisant l’avortement en Belgique.

 

Etranges rois étrangers

 

Roegiers se plaît à rabattre la superbe de ces rois venus d’ailleurs. Léopold Ier de Saxe Cobourg-Gotha, un Allemand naturalisé Anglais, manqua le trône d’Angleterre car son épouse, qui en était héritière, mourut en couche et perdit le fils qui eut régné sur l’Empire britannique. Ce fut Victoria qui prit la place. L’auteur raconte comment en secondes noces, Léopold épousa la fille du roi de France. Elle lui donna un fils qui décéda aussi.  Et ainsi la tragédie continue sans attendrir l’auteur qui nous décrit les descendants. Léopold 2 : , roi visionnaire, bâtisseur, colonialiste et méprisant. Le Congo belge, où il laissa perpétrer des génocides atroces sous prétexte d'évangélisation, était sa propriété privée, il la légua à son peuple qui le haïssait. Lui aussi perd un fils et doit ainsi passer la couronne à un neveu. Ce sera Albert 2, celui qui inonda la Belgique pour empêcher l’Allemagne de l’envahir, en vain.

 

Dimanche tragique 


Albert 1 meurt comme un plouc, seul,un dimanche en pratiquant  la varappe à Marche-les-Dames. Il laisse le royaume à son fils, un autre Léopold, le troisième, lequel s’empresse de tuer sa femme, Astrid, dans un accident de voiture, puis de perdre la Belgique lorsque se déclare la Seconde Guerre mondiale. La direction du pays revient d'abord à Charles, le frère de Léo 3, surnommé le Régent, travesti et homosexuel notoire. Puis, Léo qui vit richement en Suisse, avec sa somptueuse épouse, Liliane de Réthy et leur progéniture,  se remémore qu'il a un royaume sur le feu et il revient à Bruxelles où personne ne lui pardonne d'avoir vécu dans le luxe tandis que ses braves sujets trimaient dans les camps de prisonniers allemands. Il passe donc le sceptre à Baudoin en 1950.


Crépage de chignon

 

A la mort prématurée d'icelui, causant par là même un grand chagrin à Fabiola qui ne va plus être reine stérile ni une reine du tout. Elle s'adonne à une religion sectaire et doit laisser sa place à son haïssable belle-soeur avec qui elle se crèpe le chignon depuis 1960. Le frangin à Baudoinke, Albert 2, monte sur le trône en tremblant et en 1993. Roegiers s’ingénie à remuer le stylo dans les plaies de cette royauté étrange, préfabriquée, fragile dans le temps, au sein de laquelle jamais les Flamands n’auront supporté de vivre. A l’heure où la Belgique est sur le point d’exploser, il est intéressant de constater qu’à sa tête, a gouverné une dynastie composée de personnages troubles, peu attachants, sauf Baudoin peut-être, égoïstes, infidèles…comme des rois et marquée par le drame. Ce ne sont que caprices, reines bafouées ou nymphomanes, infertilités, maladies, paranoïa, dépenses somptueuses, enfants illégitimes, séparations honteuses, guerres… Les rois des Belges n’en ont cure. N’est-il pas vrai que le roi et la reine actuels, Albert et Paola ont été séparés pendant dix-sept ans et ont chacun de leur côté, un enfant naturel? Ainsi, le roi Baudoin éradiqua la loi salique pour permettre à la jeune princesse Astrid, deuxième enfant d’Albert 2, d’entrer avec ses rejetons dans la succession royale. Il coupait ainsi l'herbe sous le pied de l'affreux prince-voyou  qui se laisse graisser la patte par tout les affairistes en quête d'un parrainage royal : Laurent de Belgique, fils naturel du patron de Martini, Vastapane, le relégant ainsi au dernier rang des héritiers au trône.

Spectaculaire histoire, certes! Roegiers en révélant les secrets d’alcôve, les manies, les faux cheveux, le maquillage, les souterrains, les portes dérobées, les coucheries, la folie, veut-il nous dire qu’il aime ses prestigieux héros poursuivis par la malédiction? Non. Il aime la bizarre Belgique, ce tout petit pays toujours en rupture de ban!

La spectaculaire histoire des rois des Belges...doit se trouver en solde sur Amazon.fr.

A sa sortie, il coûtait 22 euro.
Patrick Roegiers, éd. Perrin.

Copyright : Olivia van Hoegarden toujours belge mais qui se soigne depuis 40 ans dans un climat plus sain : la France.

olivia's face

Partager cet article

Repost 0
Published by oliviavanhoegarden.over-blog.com
commenter cet article

commentaires